Adieu Odile

13/12/2013  Monaco dans le Monde

La mort est toujours insupportable. Mais que dire lorsqu’elle emporte une mère de trois enfants ? Odile Firmin-Guion, notre consœur de l’Hôtel Métropole, notre amie, a perdu la vie mercredi soir



C’est d’abord un sentiment d’obscurité qui nous a envahis, « la mort présente déconcerte » puis à la stupeur s’est succédée l’absurdité de sa tragique disparition.

Le souvenir d’Odile restera maintenant à jamais en nous comme une « présence invisible ». Que son énergie, son élégance et son altruisme nous guident désormais.

Nous adressons nos sentiments les plus sincères à ses proches, à ses trois jeunes enfants pour qu’ils puissent surmonter l’insurmontable.

Nombre de lectures : 2589