Les autres grands rendez-vous de l'année

  • Monte-Carlo Summer Festival
    juillet 2022
  • L’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
    juillet 2022
  • Meeting Herculis EBS
    août 2022
  • Monaco Yacht Show
    septembre 2022
  • Le Rallye Monte-Carlo
    janvier 2023
  • Festival International du Cirque
    janvier 2023
  • Rolex Monte-Carlo Masters
    avril 2023
  • Monaco E-prix
    mai 2023

Grand Prix de Monaco Historique

HOMMAGES & NOUVEAUTES ORCHESTRÉS DANS LA CONTINUITE !

L’édition 2022 du Grand Prix de Monaco Historique présente – à quelques exceptions près – la même physionomie que les précédentes, avec une priorité donnée aux monoplaces de Formule 1 qui ont écrit les grandes pages de cette épreuve mythique, comme souhaité par le Comité d’organisation et de sélection de l’Automobile Club de Monaco. Ainsi en 2022, ce sont près de 200 voitures, réparties en 8 séries, qui vont s’affronter lors de véritables courses dans le cadre authentique et majestueux du circuit de la Principauté…

Cette 13e édition marque avant tout l’entrée en lice d’un plateau de Formule 1 plus moderne (Série G), avec des monoplaces qui entre 1981 et 1985 ont notamment marqué la fin de l’iconique moteur Cosworth DFV V8 né en 1967. L’histoire retiendra que Michele Alboreto, sur la Tyrrell 011, a remporté en 1982 et 1983 les deux derniers Grand Prix avec le robuste moteur anglais, pourtant concurrencé puis ensuite débordé par le moteur turbo introduit par Renault en 1977.
Cette intervalle « 81-85 », c’est également l’époque qui voit Alain Prost remporter les deux premières de ses 4 victoires à Monaco, et le premier de ses 4 titres mondiaux. C’est aussi la période qui marque l’éclosion en Formule 1 et dans les rues de la Principauté d’Ayrton Senna, impérial sous la pluie, avec sa Toleman en 1984. Son illustre prestation va non seulement le faire connaître du grand public mais également lui ouvrir les portes du Team Lotus-Renault, pour lequel il remportera ses deux premiers Grands Prix en 1985.
Au-delà de compter sur la présence de 14 monoplaces de Formule 1 qui ont toutes au moins remporté un Grand Prix comptant pour le Championnat du Monde et plus de 120 autres – dont 90 d’entre elles sont des 3L de 1966 à 1985 – cette édition 2022 sera aussi et surtout l’occasion de célébrer indirectement deux anniversaires.
Les 40 ans de la disparition de Colin Chapman, le génial concepteur des Lotus, apparaissent chronologiquement comme le premier événement à célébrer de cette 13e édition du Grand Prix de Monaco Historique, qui accueille plus de 35 voitures de la marque éponyme, réparties comme suit :
- Série A2 – 4 « type  16 »
- Série B – 17 modèles, avec 10 « type  18», dont celle victorieuse à Monaco avec Stirling Moss en 1961 et 2 « type 21 » ; dont celle vainqueure en Belgique avec Innes Ireland en 1961 et enfin, cinq « type 24 »
- Série C – 2 « type 10 »
- Série D – une « type 72 », modèles identiques à ceux devenus Champion du Monde en 1970 avec Jochen Rindt et 1972 avec Emerson Fittipaldi
- Série E – une « type 72 E », une « type 76 » et 3 « type 77 », dont celle gagnante avec Mario Andretti au GP du Japon 1976
- Série F – une « type 81 » puis une des fameuses « type 78 » qui ont notamment marqué l’introduction de l’effet de sol en Formule 1, invention que toutes les équipes et toutes les catégories de monoplaces ont ensuite adopté à l’époque
- Série G – 2 « type 87 », la fameuse 88B à double châssis déclarée  illégale en son temps et empêchée de courir, trois « type 91 », dont celle victorieuse aux mains d’Elio de Angelis en Autriche 1982 et  enfin, une « type 92 » qui marque la fin de l’ère DFV chez Lotus et la toute dernière de l’ère Chapman

2022 marque enfin les 70 ans du seul et unique Grand Prix Automobile de Monaco disputé hors-championnat, réservé aux voitures de la catégorie « sport » et non aux monoplaces. Parmi les engagés de cette édition de 1952 se trouve une seule voiture présente en période : la Frazer Nash « Le Mans réplica Mk2 » avec laquelle Tony Crook s’est emparé cette année-là de la 3e place du Prix de Monte-Carlo, dédié à la catégorie Sport jusqu’à 2L de cylindrée.

Dans son ensemble, c’est un plateau d’une rareté exceptionnelle qui attend les spectateurs, avec 8 grilles de départ toutes aussi différentes les unes des autres. Pendant trois jours, les concurrents vont ainsi partager avec le public leur passion pour la compétition au plus haut niveau, en situation de course réelle. Avec en prime, les bruits et les odeurs qui caractérisent leurs voitures d’antan, sur un circuit édifié au cœur de la Principauté de Monaco – dont le tracé, identique à 80% à celui de 1929 – est encore et toujours utilisé aujourd’hui dans le cadre du Championnat du Monde FIA de Formule 1…

Pour en savoir plus....