L’Enlèvement au Sérail de Mozart

"L’Enlèvement au Sérail" de Wolfgang Amadeus Mozart Vendredi 22 mars (gala), mardi 26 mars, jeudi 28 mars, à 20h et dimanche 24 mars, à 15h, Opéra de Monte-Carlo - Salle Garnier

Singspiel en trois actes
Musique de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Livret intégral de Gottlieb Stéphanie le Jeune, d’après le livret de
Christoph F. Bretzner pour l’opérette Belmont und Constanze oder die
Entführung aus dem Serail (1781) de Johann André.
Création : Vienne, Burgtheater, 16 juillet 1792

_________________________

Histoire : 
Alors que Gluck règne sur les scènes françaises, imposant sa tragédie lyrique à la déclamation épurée, c’est une toute autre voie qu’emprunte le jeune Mozart à la conquête de Vienne. A la demande de l’empereur Joseph II, il compose une turquerie, sur un livret du directeur du Burgtheater, à même de séduire un public que la victoire récente face à l’Empire ottoman portait à s’amuser des traits de caractère des souverains de la Grande Porte. Dépassant les canons du Singspiel, genre auquel L’Enlèvement appartient, Mozart laisse libre court à son inspiration la plus débridée, offrant aux personnages principaux des airs aussi techniques que spectaculaires. L’œuvre nous apparaît comme une rencontre irrésistible entre la légèreté des situations théâtrales et la beauté, étincelante et profonde à la fois, de sa musique. Les experts ne sont pas d’accord quant à la réponse que l’Empereur fit au compositeur, impatient de connaitre son avis. La tradition nous dit : « Trop de notes, cher Mozart ! ». A y regarder de plus près, il s’agirait plutôt de : « Quelle quantité extraordinaire de notes, chez Mozart ! ». Voilà qui réconcilie nos oreilles modernes avec celles de ce souverain du siècle des Lumières.